Buogiorno Don Bosco ! L’Italie fait rêver, sans être un doux rêveur, c’est un rêve qui a conduit toute votre vie, pourriez-vous nous en parler ? 

Oui, avec plaisir ! Ce songe, je le fis lorsque j’avais encore 9 ans : « Je me trouvais au milieu d’une troupe d’enfants qui se battaient, juraient, s’injuriaient. Aussitôt je voulus les en empêcher en usant de la force de mes poings. Je vis alors venir à moi une belle Dame qui m’a dit: « Ce n’est pas ainsi que tu y arriveras, mais par la douceur ». Tout à coup ce fut une bande de bêtes sauvages de toutes sortes. A la vue de la Dame, ils se transformèrent tous en brebis dociles. Je lui demandai alors qui elle était et elle me répondit : « Je suis celle que ta maman t’a appris à prier trois fois par jour ». Elle me montra son fils et me dit qu’il m’aiderait ».
C’est en me rappelant ce rêve que je compris peu à peu ma vocation : m’occuper des jeunes pauvres et abandonnés.

 

Don Bosco vous considérez St François de Sales comme un modèle de vie chrétienne et un enseignant de spiritualité. L’amitié, un dialogue cordial et affectueux  sont les bases de votre credo: l’éducation salésienne. A l’approche des JMJ que voudriez vous dire aux jeunes qui vont se rassembler à cette occasion ?

Rappelez vous que vous avez la responsabilité de votre accession à la sainteté. D’abord, commencez par bien faire chacun de vos devoirs afin d’être de bons chrétiens et d’honnêtes citoyens. Je vous parle de devenir des chrétiens authentiques, c’est à dire, des hommes et des femmes qui s’engagent dans la vie civile comme ecclésiale, qui prennent des responsabilités dans la joie ! Le Seigneur nous appelle tous à vivre l’Évangile chaque jour. Et, chaque jour est une nouvelle conversion où nous nous tournons un peu plus vers le Seigneur.

 

Un dernier mot avant de vous laisser remonter ?

 » Rappelez-vous, le diable a peur des gens heureux « .


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *